Paris veut être plus gay, pour mieux les attirer et si possible avec des euros…

La capitale française veut rivaliser avec Tel Aviv, Montréal ou encore San Francisco.

Après les manifestations de la Manif pour Tous, Paris a du mal à changer cette image qui lui colle un peu à la peau. Et la Maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, a bien l’intention de révolutionner la réputation de Paris dans ce domaine.

Label Gay-Friendly.

Jean-Luc Romero, une figure de la lutte contre l’homophobie et homme politique a remis un rapport à la Mairie de Paris dans le but de la rendre plus Gay-friendly. En tout, il y aurait 52 recommandations pour mieux accueillir les personnes homosexuelles ainsi que transgenres.

Nous devons être plus visibles, audibles, entreprenants et audacieux, Anne Hidalgo.

2018 sera très Gay !

L’année prochaine risque d’être très gay. La Capitale française reçoit les Gay Games, des jeux olympiques réservés essentiellement aux gays dans le but de montrer au reste du monde que la sexualité n’interfère pas dans la réussite sportive.

En plus de cela, la quinzaine des fiertés devrait être enrichie d’un marché, un village associatif, des transports gratuits et une soirée de clôture. La tour Eiffel pourrait être éclairée avec les couleurs du Rainbow Flag (ça serait bien de le faire pour 2017).

Le Marais devrait avoir également une place plus importante dans la vie des homosexuels. Le rapport propose de défendre les lieux LGBTi face aux grands groupes de luxe. De plus, des portes ou bannières aux couleurs du Rainbow Flag devraient également voir le jour.

Plus de dates dans le calendrier.

Le rapport propose de mettre en avant des personnes ou associations luttant contre l’homophobie. Cette cérémonie de récompense devrait avoir lieu durant la journée internationale de lutte contre l’homophobie.

Cette année, la Mairie de Paris a décidé de mettre en avant deux associations : Shams et Ardhis.

D’autres évènements devraient ponctuer l’année.

Tout ça pour quoi ?

Si Paris veut favoriser l’accueil des personnes LGBTi s’est avant tout pour lutter contre l’homophobie mais également pour devenir la première capitale Gay-friendly d’Europe. La place est presque libre.

Ceci permettrait de faire vivre un tourisme LGBTi et donc de générer d’autant plus de revenu.

Et pour faire vivre ce tourisme gay, le rapport propose éventuellement la création d’un bal du 13 juillet gay sur le territoire du Grand Paris, au delà donc du périph’. C’est peut être cela le véritable challenge de ce rapport.

 

 

Ça vous a plu ? Partagez-le !

Donnez votre avis !