Les journalistes LGBT membres de l’AJL sont-ils hypocrites ?

La censure a encore de beaux jours devant-elle et ne comptez pas sur certains journalistes pour vous y préserver.

D’après le dictionnaire, l’hypocrisie est un vice consistant à s’attribuer une vertu, une croyance ou une opinion, une piété ou un sentiment noble que l’on n’a pas. Quand vous lisez la mission principale de l’Association des Journalistes LGBT (AJL), vous êtes en droit de penser qu’elle va lutter contre l’homophobie ordinaire à la télévision et plus précisément dans le milieu journalistique.

L’Association des Journalistes Lesbiennes, Gay, Bi-e-s, Trans (AJL) œuvre pour un meilleur traitement des questions LGBT dans les médias. Elle regroupe des journalistes issu-e-s de nombreuses rédactions (web, presse écrite, radio, télé, agence…) et réalise différents types d’action : production d’études, réalisation de « kits de bonnes pratiques » à destination des professionnels, veille médiatique, formation dans les écoles de journalisme, conférences…

Pourtant, l’AJL s’occupe beaucoup plus de ce qu’il se passe en dehors des JT plutôt que dedans. Essayez de chercher un article sur le site de l’AJL à propos de l’homophobie permanente de Jean-Pierre Pernaut revient de la mission impossible. Pire, l’association prend une attitude très clémente par rapport à ces confrères comme vis à vis de Thierry Demaizière et ses “pulsions homosexuelles” dans un reportage pour 7 à 8 sur TF1.

Autre exemple avec la rédaction du Journal d’Afrique sur TV5 Monde et leur question “Faut-il avoir peur de l’homosexualité ?“. L’AJL dénonce à juste titre la finalité de la question mais termine son article par ces mots très bienveillants : Nous sommes bien sûr à votre disposition pour poursuivre cette discussion.

Quand il s’agit du présentateur et chroniqueurs de C8, l’association crie au scandale homophobe.

N’oublions pas que l’homophobie est une action visant à nuire à une personne homosexuelle parce qu’elle est homosexuelle.

Quand un présentateur humilie en direct à la télévision des femmes et des hommes parce que ces personnes recherchent du sexe via les sites internet est tout simplement de la connerie, de l’humour pas drôle pouvant fragiliser les personnes victimes de ce canular.

Dans l’extrait de Radio baba, Cyril Hanouna use des stéréotypes dignes de la Cage aux folles pour son personnage vieux de plusieurs années. Il reprend sans grande imagination des caricatures utilisées pas le cinéma ainsi que le théâtre.

pop-up2

Sur le site de l’AJL, l’association met en avant deux articles sur Cyril Hanouna. Sur sa page Facebook, c’est pas moins de 9 posts en quelques semaines depuis le mois de Mai. Entre ce post, se glissent quelques posts qui ne traitent pas de TPMP : deux pour être exact.

Mercredi soir, comme indiquez sur le site, TPMP s’est vu infligée une privation de publicité par le CSA pour une durée de trois semaines par rapport à des séquences antérieures à l’émission Radio Baba. Ceci revient à priver la chaîne de plusieurs millions d’euros de recette. un seul objectif : tuer l’émission et nuire à C8, Canal et à son principal actionnaire : Vincent Bolloré.

L’AJL a troqué sa cape de défenseur des causes LGBT pour devenir une arme de censure dénonçant les cas d’homophobie uniquement dans les émissions qu’elle ne supporte pas, c’est à dire, là où il y a le moins de journalistes. L’AJL a également participé à un dénigrement de masse orchestré par plusieurs acteurs des médias dont certains avaient mis en place plusieurs dispositifs de signalements automatiques de l’émission TPMP.

L’acharnement d’une partie de la presse parisienne ainsi que de l’AJL envers une émission humoristique va à l’encontre du combat que mènent plusieurs associations et sites internets contre l’homophobie et l’intolérance.

Le combat mené par ces acteurs n’est en rien un combat contre l’homophobie mais plutôt une attaque ou une vengeance orchestrée soit contre l’humour dit “pipi caca” soit contre un groupe média et son principal actionnaire.

<

p style=”text-align: justify;”>Ceci n’est en rien un acte de justicier mais juste l’acte d’un censeur.

Ça vous a plu ? Partagez-le !

Donnez votre avis !